Fond transparent
Danse

Les jolies choses

Catherine Gaudet
Date

mercredi 30 octobre 2024 à 19:30

Lieu

Salle DESJARDINS-TELUS

Tarifs
Régulier 35$
Étudiant 25$
Moins de 18 ans 10$
Billetterie

Description

Cinq corps s’activent au rythme du métronome. Leurs mouvements mécaniques reprennent, la machine s’échauffe et exige d’eux une rigueur irréprochable. Arrivée à maturation de son langage artistique, la chorégraphe Catherine Gaudet part en quête d’un espace sous les corps où les désirs peuvent renaître malgré le poids de la contrainte. 

Il y a, derrière l’apparence inoffensive de cette partition collective aux tracés systématiques, comme une odeur de vernis cheap qui finira par craquer. À l’écoute des pulsations contradictoires de son époque, Gaudet s’entoure de ses fidèles complices pour explorer les faux-semblants de l’appareil spectaculaire. Au bout d’un moment, la répétition devient l’agent trouble des interprètes devenus instrumentistes. Elle fait siffler la soupape laissant s’échapper l’excès de vapeur des corps salés. Il est vrai, la dé-pression est le revers du grandiose. Ici, le risque d’une faute de goût est bien réel, mais nécessaire au maintien de l’équilibre.

ÉCHO DE LA PRESSE : 

‘’Elle creuse patiemment un seul et même sillon: une danse qui oscille entre le monde civilisé et l’espace des pulsions, où les corps sont tour à tour soumis aux contraintes sociales puis à un jaillissement d’animalité et de sensualité. […] parce que sa rigueur monte d’un cran à chaque nouvelle œuvre, elle a atteint cette fois une virtuosité épatante.’’ – Philippe Couture, La pointe (Belgique)

« La chorégraphe montréalaise Catherine Gaudet fascine, étonne et déstabilise avec ses propositions chorégraphiques, qui passent souvent par la répétition de gestes et la modulation des corps jusqu’à ce que craque la surface des choses, jusqu’à l’atteinte de l’état cathartique. » Iris Gagnon-Paradis – La Presse (Montréal)

‘’Un retour vers l’essentiel a été le souci de Gaudet en studio durant la pandémie : produire des états hypnotiques et, en même temps, ajouter ces touches d’individualité qui font des interprètes autre chose que des machines consentantes, des
agent·es discipliné·es et obéissant·es de la société. Ce sont bien des êtres de pulsions élémentaires qui jaillissent de l’abstraction anonyme de la danse. Leur révolte est patente, leur indiscipline, humaine, leur anarchie, bienfaisante,
leur gesticulation, débordant notre époque de règles et d’obligations qui se révèlent de plus en plus mensongères.’’ – Guylaine Massoutre, Revue Jeu (Montréal)

 » Créé par Catherine Gaudet, Les Jolie choses est un tour de force pour les danseurs et un défi pour le public avec un crescendo death metal à haut volume en guise de finale d’une chorégraphie serrée.  » – Jacqueline van de Geer – Westmount Magazine (Montreal)

Partenaire de l'événement